My Way 15 – « L’autisme est une culture différente » [1]

#

Au moment même où à Bruxelles, le Théâtre National accueillait sur ses planches un formidable spectacle Is there Life on Mars ? [2] abordant l’autisme avec une extrême finesse, paraissait dans deux quotidiens belges une double page de slogans servant la cause des méthodes éducatives ABA.

« Pas de lobbying ! » a répondu Maxime Prévot, le Ministre wallon chargé de la Santé et de l’Action sociale. Mais place au dialogue. « Place aux sujets ! », rêverions-nous d’entendre dans ce débat houleux. Parce qu’il n’y a pas un autiste à éduquer, mais des sujets autistes à rencontrer. C’est ce fil rouge qu’a suivi Héloïse Meire, metteuse en scène de Is there Life on Mars ? en se saisissant de la particularité de chacun de ses personnages pour emmener le spectateur dans un univers déconcertant.

Plutôt qu’une méthode éducative valable pour tous, Michel Ángel Vásquez nous rappelle qu’« il y a sûrement quelque chose à leur dire » [3], pour peu que l’on prenne le temps de repérer les conditions préliminaires à une rencontre possible. C’est d’ailleurs ce que les témoignages de célèbres autistes nous montrent : de Temple Grandin à Owen Suskind en passant par Josef Schovanec, rejoints dans ce numéro par le travail de nos deux collègues, Mariana Alba de Luna et Chiara Mangiarotti. Tous ces sujets « ont consenti » au traitement comme le fait remarquer Cécilia Saviotti à partir d’une rencontre qui a permis d’ouvrir une voie à l’invention.

[1] Josef Schovanec dans L’autisme pour les nuls, 2015.

[2] Is there Life on Mars ? Mis en scène par Héloïse Meire–Cécile Hupin/Compagnie What’s Up ?!, Théatre National/Bruxelles, Festival de Liège, 2017.

[3] Lacan J., « Conférence à Genève sur le symptôme » [1975] , Le Bloc-notes de la psychanalyse, n° 5, 1985, p.19.

 

 

Print Friendly

This post is also available in: Anglais Italien Espagnol Néerlandais