Les politiques psy en Espagne : Des neurotransmetteurs à la gestion des émotions[1]

#

Réaction à quatre décades de dictature franquiste, un communautarisme militant a marqué la politique psy en Espagne durant les années septante et une partie des années quatre-vingt. Influencée par le mouvement de l’antipsychiatrie, elle a mis au centre de son action ces sujets nouveaux, désormais doués de droit, et elle a ouvert la porte à une prolifération de dispositifs publics et privés de santé mentale, parmi lesquels la psychanalyse et les thérapies de la parole trouvèrent une place significative.

L’alliance stratégique entre le management et le scientisme a ensuite pris la relève, pour développer son emprise jusqu’à nos jours. L’idéal nouveau de l’atomisme psychique, promu par de fallacieuses neurosciences, a épousé pour le meilleur la tarification à l’acte, dans sa volonté de dissoudre le sujet en particules biochimiques afin d’en mieux évaluer les performances. Et pour mieux affirmer au passage, au nom de bonnes et secourables intentions, que la volonté de contrôle s’exerce comme inertie pulsionnelle, voilée qu’elle se trouve par les signifiants maîtres en jeu (évaluation, efficacité, objectivité…) Le masque de fer évoqué par Lacan dans « Radiophonie » n’est autre que la plus-value masquée par ce discours qui vient promouvoir le mutisme du sujet.

Ainsi les principales transformations dans notre pays ont-elles pris le chemin de Guides cliniques (TDAH, Autisme, TLP, Trouble bipolaire) qui maintiennent une orientation vers la neurobiologie toujours plus marquée, et qui n’admettent pour seules thérapeutiques psychologiques que celles dérivées des TCC.

Parallèlement, l’État a opté pour une progressive sanitarisation de la pratique clinique au travers d’un normativisme en pleine croissance : tout d’abord par un titre de Spécialiste en Psychologie Clinique, et plus récemment avec la création d’un titre officiel de Master en Psychologie Générale Sanitaire. Pour ce qui concerne la psychothérapie, il n’y a pas de régulation de la part de l’État, mais bien un activisme des corporations (FEAP, COP), lesquels s’emploient à l’homologation de leurs membres, en attendant une régulation future de la part de l’Union Européenne.

La crise de ce modèle objectiviste clinico-assistantiel se manifeste dès à présent dans les fissures qui viennent questionner son apparente compacité. L’abus de la médication (aggravé par le nouveau paradigme de la chronicité), les coûts sanitaires (supposés aller en diminuant, mais de fait en augmentation), les plaintes portées par les usagers et les associations, enfin une opinion publique en opposition croissante à ces méthodes, tous ces facteurs ont conduit à la crise actuelle. Les profondes difficultés du DSM 5 ont déjà servi d’avertissement aux internautes.

En réaction à cette crise, nous constatons d’une part l’éclipse de certains signifiants (TDAH, Autisme) qui ont muté vers des versions soft (Troubles de l’apprentissage, Troubles du spectre autistique). Nous constatons d’autre part l’émergence de procédés thérapeutiques nouveaux, moins autoritaires et liés davantage au corps comme siège des émotions qu’il s’agit d’apprendre à gérer. Le SEL (Social Emotional Learning)[2] s’impose comme philosophie de vie basée sur l’obéissance : une servitude désormais volontaire.

Les récentes innovations (!) dans l’abord du TDAH : neurofeedback[3] et réalité virtuelle (mindfulness appliqué[4]) fournissent d’autres exemples de ces nouvelles tendances.

Là où c’étaient les TCC, d’autres formules semblent advenir, lesquelles ne paraissent pas méconnaître que « le corps se jouit », étant entendu que leurs intentions de domination moïque sont claires.

[1] Traduit de l’espagnol par Jean-François Lebrun

[2] Promotionnée entre autres par la Fondation NOVO, dirigée par le fils du multi-millionnaire Warren Buffet,http://novofoundation.org/advancing-social-and-emotional-learning/what-is-social-and-emotional-learning/

[3] ttp://fundacioncadah.org/web/articulo/neurofeedback-que-es-en-que-consiste-es-eficaz-para-tratar-el-tdah.html

[4] http://www.vhebron.net/es/actualidades/-/asset_publisher/gCy8/content/id/60497368

Print Friendly

This post is also available in: Anglais Italien Néerlandais