My Way 14 – A mi manera, modulations sur l’incomparable de nos pratiques

#

« Le un est un oiseau rebelle » dit joliment Jean-Claude Milner, lorsqu’il explore, dans son très bel ouvrage L’universel en éclats[i], « le labyrinthe mouvant de métamorphoses »[ii] qui noue le roman de l’universel aux détroits de la parole.

La solitude des êtres parlants est inhérente au fait qu’ils parlent. C’est quand et parce que sa mère s’éloigne que l’enfant peut se mettre à parler et que s’engage la circulation de son désir. Soucieux de préserver celui-ci, Lacan a érigé en devoir « la maxime de contrer le tyran »[iii], lorsqu’il s’arroge le pouvoir d’asservir ce désir, dès 1963.

C’est avec cette vigilance toujours en éveil que s’inventent, jour après jour depuis lors, des pratiques singulières dans les divers lieux de travail où la psychanalyse déploie son champ d’action.

Vous l’avez déjà saisi, ce numéro de My Way vous présentera diverses façons d’accueillir lalangue des parlêtres, susceptibles de construire avec eux les solutions singulières qui leur conviennent.

Vous y découvrirez un foisonnement de positions singulières : Lacan, l’analyste hors les normes au plus près de son désir, saisi par l’urgence de faire entendre une note juste au sujet et d’extraire l’objet indicible, opérant parfois hors les murs (Rose-Paule Vinciguerra), le directeur analyste sensible au père qui dit oui pour mettre de l’huile dans les rouages du désir (Bernard Seynhaeve), l’analyste kinésithérapeute de l’âme psychotique qui assouplit les adhérences dans la langue (Pierre Sidon), l’usage du semblant de l’expert en prison à l’encontre de l’impératif de justification (Hélène Bouvy) et enfin, le choix impérieux qui s’impose à tous les praticiens de la psychanalyse, celui d’être aux côtés sujet contre la société (Ruzanna Hakobyan, aux prises avec la santé mentale optimale au Québec).

 

 

[i] Milner J.-Cl., L’universel en éclats, Cours de traité politique, Paris, Verdier, 2014, p. 151.

[ii] Ibidem, quatrième de couverture.

[iii] Lacan J., « Kant avec Sade », Écrits, p. 784.

Print Friendly

This post is also available in: Anglais Italien Espagnol Néerlandais