My Way 30 – Le super-héros, hors-les-normes ?

#

« L’homme, le mâle, le viril tel que nous le connaissons est une création de discours » [1]

Pour cette dernière livraison de My Way, Jonathan Leroy nous emmène dans les coulisses des super-héros. Nous y apprenons que leur cape ne cache pas tant des sujets hors-les-normes que des mâles pris dans le carcan de la loi œdipienne avec son lot d’identifications. Excepté  peut-être quand il s’agit de leur vie sexuelle telle que la dépeint Marco Mancassola en levant le voile sur « leurs petites bizarreries, leurs embrouilles amoureuses ». C’est en effet quand il s’agit d’écrire sa jouissance, de « trouver son identité de jouissance » selon la jolie formule de Marie Brémond qu’une voie est à inventer. C’est ce que nous découvrons en suivant Christine Maugin dans les méandres de la vie sexuelle de Catherine Millet qui fait de la Jouissance Autre le paradigme du hors normes.  Si l’on reprend l’écriture de la jouissance telle que nous la propose Lacan dans ses formules de la sexuation  : le tout phallique viril et le pas tout phallique féminin, nous pourrions nous demander où se situe le super-héros? Certainement pas ou plus dans la figure du chirurgien telle que nous le présente dans son documentaire Burning out, le réalisateur Jérôme Le Maire interviewé par Marie Brémond et Céline Danloy. En effet, on assiste plutôt aujourd’hui à ce que Jacques-Alain Miller appelle « La décadence de la posture héroïque qui consonne avec la disparition du viril. » [2] Il n’y a plus de viril que du semblant, « une mascarade virile » basée sur le déclin du père qui n’offre plus l’identification dont se nourrit le super-héros. Ce qui amène Jacques-Alain Miller à envisager que « la seule posture héroïque qui soit permise à « l’époque du savoir absolu » soit la figure de l’analyste « dans le sens où elle ne relève pas d’une identification mais bien plutôt de sa destitution subjective. » [3]

Je vous laisse découvrir les travaux autour d’artistes fascinants que nous ont présenté Anne Chaumont, Justine Junius, Patrick Lejuste et Juliette Parchliniak dans le cadre d’une soirée préparatoire au Congrès Pipol organisée par l’ACF Belgique.

Au nom de toute l’équipe éditoriale du Blog, je vous donne rendez-vous le week-end prochain pour découvrir le programme passionnant que nous a concocté Patricia Bosquin-Caroz avec l’aide de la commission Pipol.

[1] Lacan J., Le Séminaire, Livre XVII, L’envers de la psychanalyse, texte établi par J-A Miller, Paris, Seuil, 1991, p. 62

[2] Miller, J-A., « Bonjour sagesse », LCD 95, avril 2017, p 91

[3] ibid, p 93

Print Friendly

This post is also available in: Anglais Italien Espagnol Néerlandais